Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Actualités du Cabinet

Depuis une semaine, la société de gestion H2O fait l’objet d’inquiétudes concernant ses investissements au sein d’actifs considérés comme illiquides et des interrogations sur les conditions de valorisation de ces investissements. Ces inquiétudes ont mené Morningstar à retirer sa notation aux fonds d'H2O.

En réaction à cette situation, la société de gestion anglaise a fourni jeudi dernier, 20 juin, des explications détaillées sur les positions de ses fonds et leurs niveaux de risque, qu'elle n'avait par ailleurs jamais caché à ses souscripteurs. De notre côté, nous utilisons les volatilités des fonds H2O dans notre analyse de risque et assimilons certains fonds H20 à du risque actions (synonyme à du risque de perte en capital, le niveau maximal).

De plus, l’exposition aux obligations d’entreprise non notées d’H2O s’inscrit dans la fourchette autorisée communiquée aux investisseurs, par ailleurs le fonds dispose de réserves de cash importantes. Néanmoins, du fait du contexte actuel, H2O a vendu une partie de ses obligations privées non notées sur la base de valorisations obtenues auprès de banques internationales pour une cession immédiate et non sur la base de leurs valeurs de marché en situation normale. Dans le même temps, le gestionnaire d'actifs a déprécié le solde des obligations privées non notées dans ses portefeuilles. Par conséquent, la valeur de marché globale des obligations privées non notées est passée en dessous de 2% des actifs sous gestion d'H2O.

Enfin, face aux sorties importantes sur ses fonds, H2O a annoncé lundi matin que les rachats de parts subiraient une décote de 3 % à 7 % par rapport à leurs valeurs liquidatives. Cette décote, appliquée uniquement aux investisseurs souhaitant sortir précipitamment, est la conséquence du mécanisme de « swing pricing » introduit en 2017. Il permet de faire supporter aux porteurs souhaitant sortir plutôt qu'aux investisseurs demeurant dans le fonds les coûts de transaction liés à l'ajustement des positions du fonds.

Par conséquent, nous maintenons nos positions existantes sur les fonds H2O dans un objectif long terme afin d’éviter les dépréciations actuelles suite à la vente des actifs. Nous estimons qu’H2O a suffisamment de positions liquides permettant de faire face à des sorties importantes et que la stratégie de gestion ‘macro’ de la société n’est pas remise en cause.

Le comité d’investissement

Le Cabinet Leduc & Associés était présent comme chaque année au salon ‘Actionaria’ qui reste la plus grande manifestation d’actionnaires individuels en Europe. Vous avez été nombreux à nous solliciter sur les deux thématiques abordées.

La première sur l'optimisation de la transmission. Nous avons pu présenter les moyens d’anticiper et organiser la transmission de son patrimoine permettant d’augmenter la part transmise aux héritiers en limitant le montant des droits de succession, mais aussi de préserver les intérêts de chacun et l’harmonie familiale. Vous avez pu ainsi trouver de nouvelles pistes d’optimisation.

Lors d’une deuxième conférence vous avez été nombreux à vous renseigner sur des alternatives à la classe d’actifs actions et très intéressé par la découverte du monde obligataire. Pour beaucoup, le marché obligataire est assimilé aux obligations d’Etats et donc délaissé, toutefois, il s’agit du marché le plus profond et le plus liquide au monde avec de réelles opportunités. Par exemple, la stratégie de ‘buy and hold‘ présente à ce jour un très bon point d’entrée.

Vous pouvez télécharger les fascicules reprenant nos interventions sur notre site internet dans l’onglet ‘Notre cabinet / Nos conseils’.

Le Cabinet Leduc & Associés fait partie des 7% des cabinets d'Ile-de-France sélectionnés par le magazine « Décideurs ».

Le groupe Leaders League publie une nouvelle édition de son classement des meilleurs Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants situés en Ile-de-France. Ce classement est fondé sur une étude proche du terrain : la notoriété, le prestige, la diversité, la croissance du chiffre d'affaire mais aussi la taille de l'équipe et son niveau de formation.

Cet aboutissement démontre la valeur de notre expertise.

Depuis 2010, le contexte législatif lié à l’assurance emprunteur a évolué avec les lois Lagarde et Hamon en 2014 sans modifier le conflit d’intérêt des bancassurances qui proposaient uniquement des produits de leurs compagnies d’assurances. L’amendement Bourquin du 1 janvier 2018 modifie complètement ce scénario, l’assuré a désormais la possibilité de résilier son contrat emprunteur à échéances annuelles pour les contrats ayant au moins un an. Le gain de renégociation de l’assurance emprunteur est significatif mais le processus complexe. Le cabinet Leduc & Associés accompagne ses clients tout au long de la substitution du contrat d’assurance.

Alors qu’une partie des redevables de l’impôt sur la fortune immobilière ont déjà rendu leur déclaration (date limite du 15/06), l’administration vient tout juste d’éclaircir quelques points mais les zones d’ombres restent nombreuses. Vous retrouverez les principales règles dans notre fascicule :

Comme chaque année, le Cabinet Leduc & Associés a participé au 20ème anniversaire du salon "Actionaria".

Cet évènement est l'occasion pour le Cabinet Leduc & Associés d'identifier les problématiques les plus pertinentes pour sa clientele, et de renforcer son positionnement de cabinet indépendant de gestion de patrimoine.

Le cabinet a longuement échangé avec les visiteurs du salon autour de sujets qui les préoccupent de plus en plus. Nous avons ainsi répondu à la problématique de capitalisation face à une épargne qui rémunère de moins en moins. Dans ce contexte, nous sommes intervenus sur les 5 techniques de gestion pour créer de la performance à long terme. Nous avons aussi évoqué l'enveloppe prépondérante dans le patrimoine des Français, l'assurance-vie, qui suscite aujourd'hui de nombreuses interrogations. Nous avons ainsi présenté "les fausses idées" liées à ce support, en couvrant les thématiques de rémunération, de diversification et de transmission possibles au sein de cette enveloppe fiscale.

Nous vous remercions d'avoir été aussi nombreux à nous rencontrer. N'hésitez pas à télécharger nos fascicules reprenant nos interventions sur notre site internet dans l'onglet "Notre cabinet / Nos conseils".

Boris Vallée a été nommé au Conseil scientifique de l’Autorité des Marchés Financiers.
Il rejoint ainsi une liste de brillants économistes comme Patrick Artus (Natixis), Olivier Garnier (Société Générale), Laurence Boone (AXA).

Afin d’élargir son dispositif d’étude et de veille stratégique, l’Autorité des marchés financiers s’est dotée d’un Conseil scientifique composé de personnalités reconnues du monde académique et financier. Il diffuse ses travaux à l’occasion d’un colloque qui réunit acteurs de la place et universitaires.

Cette nomination démontre la qualité des intervenants du Cabinet.

Vous pouvez retrouver le détail du comité scientifique : http://www.amf-france.org/L-AMF/Conseil-scientifique.html

Le Cabinet Leduc & Associés a été invité à participer au salon « Actionaria », le plus grand salon pour investir en capital auprès des entreprises en France.

Le Cabinet est intervenu sur deux thématiques au cœur de l’actualité, le choix entre une gestion autonome ou déléguée et la détermination du profil de risque. Les conférences étaient animées par Jean-Baptiste Sicard - Fondateur du site OPCVM 360.

Ces deux conférences ont permis de mettre en exergue l’inadéquation de l’épargne des Français au regard de leurs objectifs d’investissement. Ainsi, l’hégémonie de la dette Française dans l’épargne des Français pèse sur les rendements à moyens et longs termes. Pourtant, l’ensemble des modèles économiques prescrivent que les ménages devraient participer aux marchés dits à rendement en ajustant la part de leur patrimoine en fonction de leur appétit au risque et leurs besoins de liquidité. Cette perte d’opportunité est amplifiée par un fréquent manque de diversification d’actifs. Ces deux phénomènes proviennent principalement de comportements irrationnels, dont la peur de perte et la surpondération des actifs les mieux connus, à savoir les actions françaises.

Ces conférences ont donc été l’occasion de sortir des chemins battus de la gestion d’actif, en identifiant des actifs permettant une dynamisation de l’épargne, tout en contrôlant le profil de risque grâce à leurs diversifications. Nous avons également pu mesurer l’intérêt des participants de déléguer cette gestion au Cabinet Leduc & Associés grâce à notre expertise technique et notre analyse macroéconomique.

Le Cabinet Leduc & Associés a été invité à participer à la conférence animée par Roland Laskine – Rédacteur en chef de la lettre des placements sur les stratégies de diversification avec la participation d’Aurélien Réquillart - Responsable Investisseurs de la Société Générale.

La conférence a souligné l’intérêt de la diversification dans un portefeuille permettant de répondre à des objectifs de capitalisation, ce qui est primordial dans l’environnement actuel. D’un côté, cela a mis en exergue les intérêts de la gestion active permettant de sur-performer certains indices de référence et de l’autre la gestion passive grâce aux ETF (Exchange Traded Fund). La conférence est également revenue sur la limite des robo advisors et les évolutions de demain à travers la digitalisation.

Vous pouvez revivre la conférence grâce à la vidéo ci-dessous.

La thématique d’intervention de Boris Vallée et Fabrice Leduc a concerné « la recherche de rendement dans un environnement de taux bas ».

En mars 2016, la BCE a abaissé son principal taux directeur à 0%. Cette situation historique soulève de nombreux défis patrimoniaux. Les produits d’investissements traditionnels, tels que l’assurance-vie fonds euro, ou les livrets, ne procurent quasiment plus aucune rémunération. Pour autant un retour de l’inflation, synonyme de réduction de la dette souveraine, est envisageable à moyen terme. Des pistes de réflexion ont été proposées dans l’objectif de maintenir un rendement et de profiter d’un retour éventuel de l’inflation. Ainsi, au passif, le Cabinet Leduc & Associés a proposé des solutions avec effet de levier afin de monétiser la faiblesse actuelle du coût de l’argent. A l’actif, il a été identifié des alternatives à la rémunération 0% en se positionnant sur des classes d’actifs innovants.

Le Cabinet Leduc & Associés était présent au salon Actionaria au côté d’OPCVM 360 – Fintech spécialisée dans la gestion de base de données et dans l’édition de contenu sur les fonds (SICAV, FCP, OPCI, ETF…).

Les thématiques présentées répondaient aux principales interrogations actuelles des épargnants français :

  • Vendredi 20 novembre : « Dans un environnement de taux bas, quelle stratégie adopter pour son épargne ? » Assurance-vie, livret et placements monétaires sont bouleversés par la nouvelle donne des taux bas. Alors que cette situation est promise pour durer quelques années, quelles sont les alternatives possibles et quels sont les risques associés ?
  • Samedi 21 novembre : « Assurance-vie : comment doper le rendement des fonds euros ? » Le déclin des fonds euros semble inéluctable, il faut en prendre conscience, mais des solutions alternatives existent, il est nécessaire de les envisager dès à présent sous peine d’être déçu par des rendements de plus en plus faibles sur les fonds euros classiques. Savoir s’adapter et être mobile sur ces placements est aujourd’hui plus que jamais une nécessité dans un monde où tout s’accélère.

Ainsi, une gestion des capitaux active et diversifiée apparaît comme la solution la mieux adaptée à moyen et long terme. Elle correspond aux objectifs des personnes rencontrées.

Le Cabinet Leduc & Associés a participé à la conférence organisée par « Le particulier » à l’espace Wagram sur la thématique de la valorisation du patrimoine et l’optimisation de la rémunération de l’épargne à condition d’accepter une dose de risque et de sortir des sentiers battus.

Le cabinet étant représenté par M. Fabrice Leduc, la présentation s’est articulée autour de trois thématiques :

  1. Dans un premier temps M. Leduc a dressé la situation de l’épargne en France dominée par l’assurance vie et les fonds euros dont l’avenir est incertain. Ainsi, la principale alternative proposée par les établissements est le marché actions non conforme aux attentes des Français qui ont une aversion aux risques.
  2. Puis, le Cabinet a exposé l’intérêt de proposer une véritable gestion active parfaitement diversifiée afin de lutter contre la volatilité des marchés et produire un rendement satisfaisant. Il a également été rappelé le poids des sociétés de gestion des banques et assurances et les écueils des fonds patrimoniaux.
  3. Enfin, un tour d’horizon de la situation macroéconomique et les convictions de fin d’année ont été proposés aux participants. M. Leduc a présenté un portefeuille cible d’investissements sur un horizon de 8 ans.

Cette conférence a permis de confirmer l’objectif des participants de diversifier leurs patrimoines et d’accepter une part de risque.

Parution dans le magazine "Entreprendre" N°289 - avril 2015 : Interview du gérant associé - Fabrice Leduc sur le conflit d'intérêt en gestion patrimoniale.
    En présence de (gauche à droite) :
  • Gilbert Habermann : Ancien Directeur banque privée chez Crédit Lyonnais Asset Management
  • Fabrice Leduc : Gérant Associé chez Cabinet Leduc & Associés
  • Boris Vallée : Professeur de Finance à l’Université d’Harvard Business School et Associé du Cabinet Leduc & Associés
  • Philippe Baillot : Directeur banque privée chez Bred Banque Populaire et co-directeur du Master II Gestion du Patrimoine Privé et Professionnel de l’Université Paris II Panthéon - Assas
  • Frédéric Lorenzini : Professeur Associé à l'Université Paris II Panthéon - Assas
  • Xavier Périnne : Avocat Associé

La conférence organisée à l’Université Panthéon – Assas Paris II sur la thématique des conflits d’intérêts dans la gestion patrimoniale en France a été très enrichissante. Les échanges réalisés avec les élèves du Mastère II Gestion du Patrimoine Privé et Professionnel et de plusieurs intervenants externes ont permis de confirmer l’engouement pour ce sujet, au centre des problématiques de l’épargne des Français.

Ainsi, le Cabinet était représenté par M. Boris Vallée et M. Fabrice Leduc, la présentation s’est articulée autour de quatre domaines :

  1. Dans un premier temps M. Vallée et M. Leduc ont dressé le panorama de la gestion patrimoniale en France avec un retour sur des données chiffrées, les motifs de l’épargne et un cas pratique de solution proposée par les établissements bancaires et d’assurance illustrant un conseil biaisé par les conflits d’intérêts.
  2. Puis, M. Vallée et M. Leduc ont réalisé un diagnostic de la situation française en comparant le fonctionnement et les incitations des sociétés de gestion des établissements bancaires et d’assurance à ceux d’une société de gestion indépendante. M. Vallée et M. Leduc ont également repris certaines solutions bancaires largement proposées malgré leur faible pertinence. Cette situation Française sur l’épargne conduit à un constat de faible participation au marché actions et un faible financement de l’économie réelle.
  3. Ensuite, M. Vallée et M. Leduc ont identifié des alternatives et des axes d’innovation récents et souvent peu connus, permettant des améliorations significatives sur ces thématiques, tels que le « crowfunding » et « la nue propriété ».
  4. Enfin, les associés du Cabinet Leduc & Associés ont expliqué le modèle de gestion de leur Cabinet permettant de minimiser les conflits d’intérêts et de proposer les solutions répondant aux objectifs des clients et non à ceux des banques.

Suite aux différents retours des participants, notre objectif pour 2015 sera de réaliser de nouvelles présentations afin de communiquer sur ce sujet.